L'atteinte méniscale au genou

Le ménisque est une structure cartilagineuse en forme de demi-cercle que l’on retrouve dans l’articulation du genou entre le tibia et le fémur. Il permet d’augmenter la stabilité articulaire et de contribuer à la lubrification et à l’absorption des chocs.  

Les ménisques sont des structures propices aux déchirures et sont des causes fréquentes d’une douleur au genou. Typiquement, cette blessure apparaît suite à un mouvement prononcé de rotation du genou ou à des mouvements répétés d’accroupissement. Elle peut aussi apparaître progressivement après 60 ans par dégénérescence au sein de l’articulation. Les symptômes rencontrés en présence d’une lésion méniscale comprennent une douleur plus souvent localisée à la face interne du genou, un gonflement, une sensation de blocage, une incapacité à plier et à déplier complètement le genou et une difficulté à mettre du poids sur la jambe atteinte ainsi qu’à s’accroupir. La douleur diminue habituellement en position de non mise en charge, soit assis ou couché.

En présence d’une lésion méniscale, la physiothérapie permet d’accélérer et d’optimiser le processus naturel de guérison. Lors de l’évaluation, le physiothérapeute pourra déterminer si la lésion méniscale est accompagnée ou non d’une lésion ligamentaire, qui concerne le plus souvent le ligament croisé antérieur du genou. Il pourra aussi vous guider s’il croit qu’un examen d’imagerie tel que la résonance magnétique est pertinent dans le cadre de votre réadaptation. Ensuite, le traitement conservateur d’une lésion méniscale permet la plupart du temps une guérison complète. Le plan de traitement comprend des exercices d’assouplissement et de renforcement, de la thérapie manuelle, une rééducation du patron de marche, des ultrasons et d’autres modalités antalgiques. Votre physiothérapeute vous donnera aussi de judicieux conseils en lien avec la reprise graduelle de vos sports et de vos autres activités.

Il est important de comprendre que les ménisques reçoivent un apport sanguin seulement en périphérie. Ce faisant, une lésion méniscale qui atteint la portion plus centrale guérit plus difficilement et, parfois, une chirurgie peut être indiquée en fonction de votre niveau d’activité, de votre âge et de la sévérité des signes et symptômes. Votre physiothérapeute saura vous guider à travers les différentes étapes de votre réadaptation et vous permettra de faire des choix éclairés pour retrouver le plus rapidement possible vos habitudes antérieures.

Le portage de bébé

Le portage de bébé procure plusieurs avantages.

En effet, la position de portage ergonomique pourrait diminuer le risque de dysplasie de la hanche. Pour être bien placé, le bébé doit avoir le dos rond et les cuisses supportées ainsi que les genoux plus hauts que les hanches. Cette position favorise notamment la stabilité de l’articulation de la hanche. Évitez toutefois le portage du bébé face aux gens, car cette position n’est pas ergonomique, et donc non recommandée.

Le portage pourrait diminuer le risque de plagiocéphalie chez le bébé. En effet, lorsque les bébés sont en portage, ils n’ont pas l’arrière de la tête appuyé, contrairement à lorsqu’ils sont dans le siège d’auto, la balançoire, le tapis d’éveil ou le lit par exemple.

La position pour le portage ergonomique imite la position de notre bébé lorsqu’on le porte dans nos bras. L’usage d’un porte-bébé permet d’économiser environ 16% d’énergie au porteur (Wall-Scheffler 2007) en plus d’avoir les mains libres.

Si votre bébé a moins de 3-4 mois et/ou n’attrape pas ses pieds, il est préférable de le positionner en position fœtale avec la tête soutenue. 

Lorsque votre bébé joue avec ses pieds, il peut alors vous enlacer avec ses jambes, tout en gardant ses genoux plus hauts que ses hanches.

Vous pouvez porter bébé dans votre dos quand il tient assis seul (environ 6 mois), mais assurez-vous d’être sécuritaire lors de l’installation et de respecter la position ergonomique de votre bébé.

Il existe une multitude de porte-bébés sur le marché. Il est important que le porteur ou la porteuse soit confortable lors du portage. Il est intéressant d’en essayer plusieurs modèles pour en trouver un confortable. Voici quelques caractéristiques des différents types de portage :

  • Écharpe extensible : idéale pour un nouveau-né ou un petit bébé. Il faut être à l’aise pour placer le tissu et faire le nœud correctement pour y placer le bébé. Il est déconseillé de porter un bébé au dos avec ce type de portage.
  • Écharpe tissée : utilisée pour des bébés de différents poids. Elle permet de porter un bébé d’une multitude de façons, il suffit de se renseigner sur les différentes façons de nouer l’écharpe en fonction de la longueur de celle-ci.
  • Sling : bande (ou tube) de tissu attachée en bandoulière qui est idéale pour une courte période.
  • Mei Tei : hybride entre une écharpe et un préformé.
  • Préformé : utilisé pour les bébés de plus de 3-4 mois, ou dès la naissance avec un insert, ce type de portage est sans doute le plus rapide à utiliser. Il y a deux sangles à attacher, c’est semblable à un sac à dos. Attention de bien choisir votre porte-bébé préformé en vous assurant que l’assise est suffisamment large pour permettre à votre bébé d’être bien soutenu, et de ne pas être suspendu par l’entrejambe.
  • Porte-bébé de randonnée (rigide avec armature) : pour bébés de plus de 9 à 12 mois. Pour qu’il soit utilisé de façon ergonomique, l’enfant doit avoir des étriers ou des appuis-pieds pour relever ses jambes et ainsi adopter une bonne position. C’est un porte-bébé assez lourd en soi, alors c’est à prendre en considération pour le porteur ou la porteuse.

Finalement, sachez qu’il est essentiel de respecter les consignes de sécurité pour un portage hors de danger.

Retour à la liste des chroniques