Comprendre la hernie discale lombaire

Vous avez dernièrement expérimenté une douleur en vous relevant de la position penchée vers l’avant (ex. : en changeant vos pneus, en pelletant un lourd amas de neige OU en voulant prendre votre enfant dans vos bras) ? Depuis, vous avez de la douleur qui descend dans une jambe et des picotements dans celle-ci ? Sans parler de la position assise qui vous est bien difficile de maintenir… Il est grand temps pour vous de consulter un physiothérapeute puisque vous avez probablement une hernie discale lombaire.

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Il s’agit en fait d’un déplacement des composantes du disque intervertébral, soit le coussin situé entre les vertèbres (voir image 1). Le disque a principalement pour fonctions de transmettre le poids d’une vertèbre à l’autre et de permettre le mouvement de la colonne vertébrale. La hernie discale lombaire (au bas du dos) est plus prévalente chez les adultes de 30 à 50 ans et plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (1). Cette blessure se produit le plus souvent en se penchant vers l’avant, avec ou sans rotation du corps (2), d’où l’importance de protéger son dos dans les différentes tâches au quotidien!

  Disque normal :                                                                                       Disque avec hernie discale :

   

Dans cette condition particulière, le bombement du disque intervertébral est susceptible de venir comprimer ou irriter les structures nerveuses adjacentes (comme les racines nerveuses par exemple) (3). Cela peut provoquer une douleur partant du dos qui descend dans une jambe, une perte de sensibilité dans la jambe, une faiblesse et/ou des engourdissements/picotements dans la jambe et/ou le pied (1). Les symptômes varient en fonction de la localisation de la hernie discale et secondairement de la structure nerveuse qui est atteinte, par exemple la 4e racine lombaire (L4) versus la 5e (L5) (voir image 2 pour une représentation indicative des variations de la localisation de la douleur en fonction de la racine nerveuse atteinte). Il est à noter que les disques entre la 4e et la 5e vertèbre lombaire et entre la 5e vertèbre lombaire et la 1re vertèbre sacrée sont les plus souvent touchés par une hernie.

Le rôle de la physiothérapie

Si vous présentez des symptômes qui s’apparentent à ceux mentionnés ci-haut, le physiothérapeute est apte à déterminer si une prise en charge médicale est requise dans un premier temps et peut vous aider à soulager votre douleur par des exercices appropriés, des techniques de thérapie manuelle et/ou l’utilisation d’électrothérapie. Pour ce faire, il peut, par exemple, avoir recours à la technique McKenzie (voir chronique à ce sujet). N’hésitez pas à communiquer avec nous pour prendre rendez-vous et en finir avec votre douleur ! 

Références

(1) Jordan J, Konstantinou K, O’Dowd J. Herniated lumbar disc. BMJ Clin Evid 2009;3:1–34.

(2) Sueki D, Brechter J. Orthopedic Rehabilitation Clinical Advisor, Mosby Elsevier, 2010, 965 pages.

(3)L. Rhee J., Schaufele M., A. Abdu W,  Radiculopathy and the herniated lumbar disc, JBJS, Volume 88-A, No 9, septembre 2006, p.2069 à 2080.

Image 1 : Caren G. Solomon, Herniated Lumbar Intervertebral Disk, The New England Journal of Medicine, 364 :18, 5 mai 2016, p.1763 à 1772.

Image 2 : Strayer Andrea, Lumbar Spine : Common Pathology and Interventions, Journal of Neuroscience Nursing, August 2005, Vol 37, No 4, p.181 à 193. 

Le portage de bébé

Le portage de bébé procure plusieurs avantages.

En effet, la position de portage ergonomique pourrait diminuer le risque de dysplasie de la hanche. Pour être bien placé, le bébé doit avoir le dos rond et les cuisses supportées ainsi que les genoux plus hauts que les hanches. Cette position favorise notamment la stabilité de l’articulation de la hanche. Évitez toutefois le portage du bébé face aux gens, car cette position n’est pas ergonomique, et donc non recommandée.

Le portage pourrait diminuer le risque de plagiocéphalie chez le bébé. En effet, lorsque les bébés sont en portage, ils n’ont pas l’arrière de la tête appuyé, contrairement à lorsqu’ils sont dans le siège d’auto, la balançoire, le tapis d’éveil ou le lit par exemple.

La position pour le portage ergonomique imite la position de notre bébé lorsqu’on le porte dans nos bras. L’usage d’un porte-bébé permet d’économiser environ 16% d’énergie au porteur (Wall-Scheffler 2007) en plus d’avoir les mains libres.

Si votre bébé a moins de 3-4 mois et/ou n’attrape pas ses pieds, il est préférable de le positionner en position fœtale avec la tête soutenue. 

Lorsque votre bébé joue avec ses pieds, il peut alors vous enlacer avec ses jambes, tout en gardant ses genoux plus hauts que ses hanches.

Vous pouvez porter bébé dans votre dos quand il tient assis seul (environ 6 mois), mais assurez-vous d’être sécuritaire lors de l’installation et de respecter la position ergonomique de votre bébé.

Il existe une multitude de porte-bébés sur le marché. Il est important que le porteur ou la porteuse soit confortable lors du portage. Il est intéressant d’en essayer plusieurs modèles pour en trouver un confortable. Voici quelques caractéristiques des différents types de portage :

  • Écharpe extensible : idéale pour un nouveau-né ou un petit bébé. Il faut être à l’aise pour placer le tissu et faire le nœud correctement pour y placer le bébé. Il est déconseillé de porter un bébé au dos avec ce type de portage.
  • Écharpe tissée : utilisée pour des bébés de différents poids. Elle permet de porter un bébé d’une multitude de façons, il suffit de se renseigner sur les différentes façons de nouer l’écharpe en fonction de la longueur de celle-ci.
  • Sling : bande (ou tube) de tissu attachée en bandoulière qui est idéale pour une courte période.
  • Mei Tei : hybride entre une écharpe et un préformé.
  • Préformé : utilisé pour les bébés de plus de 3-4 mois, ou dès la naissance avec un insert, ce type de portage est sans doute le plus rapide à utiliser. Il y a deux sangles à attacher, c’est semblable à un sac à dos. Attention de bien choisir votre porte-bébé préformé en vous assurant que l’assise est suffisamment large pour permettre à votre bébé d’être bien soutenu, et de ne pas être suspendu par l’entrejambe.
  • Porte-bébé de randonnée (rigide avec armature) : pour bébés de plus de 9 à 12 mois. Pour qu’il soit utilisé de façon ergonomique, l’enfant doit avoir des étriers ou des appuis-pieds pour relever ses jambes et ainsi adopter une bonne position. C’est un porte-bébé assez lourd en soi, alors c’est à prendre en considération pour le porteur ou la porteuse.

Finalement, sachez qu’il est essentiel de respecter les consignes de sécurité pour un portage hors de danger.

Retour à la liste des chroniques