Comprendre la hernie discale lombaire

Vous avez dernièrement expérimenté une douleur en vous relevant de la position penchée vers l’avant (ex. : en changeant vos pneus, en pelletant un lourd amas de neige OU en voulant prendre votre enfant dans vos bras) ? Depuis, vous avez de la douleur qui descend dans une jambe et des picotements dans celle-ci ? Sans parler de la position assise qui vous est bien difficile de maintenir… Il est grand temps pour vous de consulter un physiothérapeute puisque vous avez probablement une hernie discale lombaire.

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Il s’agit en fait d’un déplacement des composantes du disque intervertébral, soit le coussin situé entre les vertèbres (voir image 1). Le disque a principalement pour fonctions de transmettre le poids d’une vertèbre à l’autre et de permettre le mouvement de la colonne vertébrale. La hernie discale lombaire (au bas du dos) est plus prévalente chez les adultes de 30 à 50 ans et plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (1). Cette blessure se produit le plus souvent en se penchant vers l’avant, avec ou sans rotation du corps (2), d’où l’importance de protéger son dos dans les différentes tâches au quotidien!

  Disque normal :                                                                                       Disque avec hernie discale :

   

Dans cette condition particulière, le bombement du disque intervertébral est susceptible de venir comprimer ou irriter les structures nerveuses adjacentes (comme les racines nerveuses par exemple) (3). Cela peut provoquer une douleur partant du dos qui descend dans une jambe, une perte de sensibilité dans la jambe, une faiblesse et/ou des engourdissements/picotements dans la jambe et/ou le pied (1). Les symptômes varient en fonction de la localisation de la hernie discale et secondairement de la structure nerveuse qui est atteinte, par exemple la 4e racine lombaire (L4) versus la 5e (L5) (voir image 2 pour une représentation indicative des variations de la localisation de la douleur en fonction de la racine nerveuse atteinte). Il est à noter que les disques entre la 4e et la 5e vertèbre lombaire et entre la 5e vertèbre lombaire et la 1re vertèbre sacrée sont les plus souvent touchés par une hernie.

Le rôle de la physiothérapie

Si vous présentez des symptômes qui s’apparentent à ceux mentionnés ci-haut, le physiothérapeute est apte à déterminer si une prise en charge médicale est requise dans un premier temps et peut vous aider à soulager votre douleur par des exercices appropriés, des techniques de thérapie manuelle et/ou l’utilisation d’électrothérapie. Pour ce faire, il peut, par exemple, avoir recours à la technique McKenzie (voir chronique à ce sujet). N’hésitez pas à communiquer avec nous pour prendre rendez-vous et en finir avec votre douleur ! 

Références

(1) Jordan J, Konstantinou K, O’Dowd J. Herniated lumbar disc. BMJ Clin Evid 2009;3:1–34.

(2) Sueki D, Brechter J. Orthopedic Rehabilitation Clinical Advisor, Mosby Elsevier, 2010, 965 pages.

(3)L. Rhee J., Schaufele M., A. Abdu W,  Radiculopathy and the herniated lumbar disc, JBJS, Volume 88-A, No 9, septembre 2006, p.2069 à 2080.

Image 1 : Caren G. Solomon, Herniated Lumbar Intervertebral Disk, The New England Journal of Medicine, 364 :18, 5 mai 2016, p.1763 à 1772.

Image 2 : Strayer Andrea, Lumbar Spine : Common Pathology and Interventions, Journal of Neuroscience Nursing, August 2005, Vol 37, No 4, p.181 à 193. 

Les différentes causes possibles d’une douleur dans la région de l’aine

En physiothérapie, il n’est pas rare d’intervenir auprès de patients présentant une douleur dans la région de l’aine d’apparition traumatique ou graduelle. Voici les causes les plus fréquentes de ce symptôme, qui est fréquemment source de consultation auprès de professionnels de la santé :

  • Étirement musculaire et tendinopathie

Plusieurs muscles de la cuisse ont une attache dans la région de l’aine, principalement le psoas, les adducteurs et le quadriceps. Un étirement musculaire excessif ou des mouvements répétés sollicitant ces structures musculaires peuvent entraîner un claquage ou une tendinopathie et ainsi occasionner une douleur à l’aine. Les mouvements à l’articulation de la hanche seront limités et douloureux, principalement en extension (jambe vers l’arrière) et en abduction (jambe de côté). Une faiblesse musculaire sera aussi présente. Dans cette situation, le traitement doit comprendre du repos, des modalités antalgiques et anti-inflammatoires, des étirements et du renforcement progressif du muscle atteint.

  • Articulation de la hanche

Une douleur à l’aine peut être causée par de l’arthrose à la hanche. Cela correspond à une dégénérescence du cartilage au sein de l’articulation et entraînera une douleur et des restrictions de mobilité d’apparition graduelle. Par exemple, vous pourriez avoir de la difficulté à vous pencher pour attacher vos souliers ou à croiser les jambes. Des raideurs matinales sont également souvent présentes. Il est possible de soulager les symptômes de l’arthrose par la réalisation d’un programme d’exercices spécifiques, par des mobilisations articulaires et par l’utilisation d’un accessoire de marche au besoin. Une douleur à l’aine très intense et secondaire à une chute peut résulter d’une fracture à la hanche. Ce faisant, vous aurez beaucoup de douleur lors de vos déplacements et une consultation médicale est alors nécessaire.

  • Origine lombaire et sacro-iliaque

Des dysfonctions de la région lombaire et de l’articulation sacro-iliaque (bassin) combinées ou non à une atteinte nerveuse peuvent être en cause dans une douleur à l’aine. Cela peut être accompagné d’une douleur au bas du dos, de difficultés à soutenir les positions assises ou debout statiques prolongées, d’irradiations de douleur dans la jambe, d’engourdissements ou de picotements. Dans ce cas, il est primordial de restaurer la mobilité des vertèbres et du nerf atteint afin de diminuer la douleur.

  • Hernie inguinale

La hernie inguinale survient lorsqu’une portion des viscères (généralement l’intestin) traverse la barrière abdominale au niveau de l’aine. Cela atteint plus fréquemment les hommes et peut être d’origine congénitale ou accidentelle. Les symptômes comprennent une douleur à l’aine et la sensation d’une masse réductible qui apparaît à l’effort, à la toux ou à l’éternuement. En présence d’une hernie inguinale, il est primordial de consulter son médecin traitant et de connaître les signes et symptômes d’un étranglement herniaire (troubles digestifs, masse non réductible, constipation, etc.) qui constitue une urgence médicale. La hernie inguinale peut être traitée par chirurgie. Si vous êtes atteints d’une hernie inguinale, le physiothérapeute peut vous enseigner des exercices de renforcement des abdominaux profonds qui augmenteront votre confort avant ou après l’opération. 

Retour à la liste des chroniques