Comprendre la hernie discale lombaire

Vous avez dernièrement expérimenté une douleur en vous relevant de la position penchée vers l’avant (ex. : en changeant vos pneus, en pelletant un lourd amas de neige OU en voulant prendre votre enfant dans vos bras) ? Depuis, vous avez de la douleur qui descend dans une jambe et des picotements dans celle-ci ? Sans parler de la position assise qui vous est bien difficile de maintenir… Il est grand temps pour vous de consulter un physiothérapeute puisque vous avez probablement une hernie discale lombaire.

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Il s’agit en fait d’un déplacement des composantes du disque intervertébral, soit le coussin situé entre les vertèbres (voir image 1). Le disque a principalement pour fonctions de transmettre le poids d’une vertèbre à l’autre et de permettre le mouvement de la colonne vertébrale. La hernie discale lombaire (au bas du dos) est plus prévalente chez les adultes de 30 à 50 ans et plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (1). Cette blessure se produit le plus souvent en se penchant vers l’avant, avec ou sans rotation du corps (2), d’où l’importance de protéger son dos dans les différentes tâches au quotidien!

  Disque normal :                                                                                       Disque avec hernie discale :

   

Dans cette condition particulière, le bombement du disque intervertébral est susceptible de venir comprimer ou irriter les structures nerveuses adjacentes (comme les racines nerveuses par exemple) (3). Cela peut provoquer une douleur partant du dos qui descend dans une jambe, une perte de sensibilité dans la jambe, une faiblesse et/ou des engourdissements/picotements dans la jambe et/ou le pied (1). Les symptômes varient en fonction de la localisation de la hernie discale et secondairement de la structure nerveuse qui est atteinte, par exemple la 4e racine lombaire (L4) versus la 5e (L5) (voir image 2 pour une représentation indicative des variations de la localisation de la douleur en fonction de la racine nerveuse atteinte). Il est à noter que les disques entre la 4e et la 5e vertèbre lombaire et entre la 5e vertèbre lombaire et la 1re vertèbre sacrée sont les plus souvent touchés par une hernie.

Le rôle de la physiothérapie

Si vous présentez des symptômes qui s’apparentent à ceux mentionnés ci-haut, le physiothérapeute est apte à déterminer si une prise en charge médicale est requise dans un premier temps et peut vous aider à soulager votre douleur par des exercices appropriés, des techniques de thérapie manuelle et/ou l’utilisation d’électrothérapie. Pour ce faire, il peut, par exemple, avoir recours à la technique McKenzie (voir chronique à ce sujet). N’hésitez pas à communiquer avec nous pour prendre rendez-vous et en finir avec votre douleur ! 

Références

(1) Jordan J, Konstantinou K, O’Dowd J. Herniated lumbar disc. BMJ Clin Evid 2009;3:1–34.

(2) Sueki D, Brechter J. Orthopedic Rehabilitation Clinical Advisor, Mosby Elsevier, 2010, 965 pages.

(3)L. Rhee J., Schaufele M., A. Abdu W,  Radiculopathy and the herniated lumbar disc, JBJS, Volume 88-A, No 9, septembre 2006, p.2069 à 2080.

Image 1 : Caren G. Solomon, Herniated Lumbar Intervertebral Disk, The New England Journal of Medicine, 364 :18, 5 mai 2016, p.1763 à 1772.

Image 2 : Strayer Andrea, Lumbar Spine : Common Pathology and Interventions, Journal of Neuroscience Nursing, August 2005, Vol 37, No 4, p.181 à 193. 

Les problèmes de mâchoire traités en physiothérapie

Vous souffrez d'un problème à la mâchoire? Sachez qu'il s'agit d'un problème fréquent et que la physiothérapie peut vous aider!

La prévalence des problèmes à la mâchoire

Les dysfonctions de l'articulation temporo-mandibulaire (ATM) sont fréquentes. Elles constitueraient la deuxième condition musculo-squelettique la plus commune après la douleur lombaire chronique(1). De 40 à 75% de la population présenterait au moins un signe de dysfonction de l'ATM, par exemple un bruit articulaire, sans présenter nécessairement de douleur(2). La population des 19-45 ans serait la plus touchée, avec une prédominance chez les femmes.

Les signes et symptômes

Les dysfonctions de l'ATM peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie et parfois même sur la fonction. En plus de la douleur locale à la mâchoire souvent présente, il est possible de présenter d'autres symptômes tels que:

-douleur à l'oreille, à la tempe, au visage, aux dents;

-maux de tête;

-limitation de l'ouverture de la bouche;

-blocage à l'ouverture ou à la fermeture;

-bruits à différents moments de l'ouverture ou de la fermeture de la bouche;

-acouphènes.

L’étiologie du problème

L'articulation temporo-mandibulaire est formée du condyle de la mandibule  et de l'éminence articulaire de l'os temporal du crâne. Elle est le site d'attache de plusieurs muscles et est supportée par plusieurs ligaments. Une hypo ou hyperactivité musculaire ou une laxité ligamentaire peuvent être à l’origine du problème.

Une des caractéristiques de l'ATM est qu'elle renferme un disque articulaire. Ce disque est très souvent impliqué dans les dysfonctions de l'ATM.  Près de 80% des patients symptomatiques présenteraient un déplacement discal(3). Différents facteurs peuvent contribuer à faire migrer le disque dans une position antérieure, notamment la posture.

 

Les problèmes à la mâchoire ont souvent une origine multifactorielle. L'ATM est étroitement dépendante des régions avoisinantes. Ainsi, une malocclusion des dents ou une dysfonction de la région cervicale ou crânienne peuvent aussi contribuer au développement du problème.

Le rôle du physiothérapeute

Le rôle du physiothérapeute est de procéder à une évaluation complète afin d'établir l'origine de votre problème à la mâchoire. Il pourra ensuite utiliser diverses modalités de traitement, notamment des mobilisations de l'ATM ou de la région cervicale, des techniques myofasciales ou crâniennes, de l'enseignement postural et des exercices d'assouplissement, de renforcement et de contrôle musculaire.

Dans le cas où l’occlusion paraît problématique, la collaboration entre le physiothérapeute et le dentiste peut s'avérer importante. Le physiothérapeute saura vous référer au besoin.  

Les dysfonctions de l'ATM répondent de manière favorable au traitement en physiothérapie. N'hésitez donc pas à consulter un physiothérapeute!

Références

1. Schiffman, E. et al. (2014)Diagnostic Criteria for Temporomandibular Disorders (DC/TMD) for Clinical and Research Applications: Recommandations of the International

RDC/TMD Consortium Network* and Orofacial Pain Special Interest Group, Journal of Oral and Facial Pain and Headache, 28(1), 6-27

2. Vieira, Carrara, S. et al. (2010) Statement of the 1st Consensus on Temporomandibular Disorders and Orofacial Pain, Dental Press Journal of Orthodontics, vol15-3

3. Sakar, O. et al. (2013) Evaluation of the Effects of Tempromandibular Joint Disc Displacement and Its Progression on Dentocraniofacial Morphology in Symptomatic Patients Using Posteroanterior Cephalometric Analyasis, Journal of Craniomandibular and Sleep Practice, 31(1), 23-31

Retour à la liste des chroniques